(About)

« Plasticienne de la rencontre »,  passionnée et  en quête d’engagements concrets, de découvertes, d’échanges, de partages et de mise en commun, également animée d’une vision sur écran large de la vie et de la société, je réunis ici théories et expériences, inspirations, rencontres, sujets de réflexions, (…) pour les faire déborder dans une agitation collective  – au format non-prédéterminé – qui connecte savoirs, création, design, technologies, la pensée, arts et savoir-faire (…)

C’est à partir de cette conviction, que je dirige et coordonne Paradox[a], identité à géométries et temporalités variables aux formats revendiqués non-prédéfinis – est un environnement de création d’expérimentations artistiques, sociales, scientifiques et politiques qui fait le choix de ne pas se laisser orienter par des finalités de productivité pour se penser comme un contrepoint à la fois observateur et analyste dans l’exploration des mutations contemporaines pour proposer une lecture singulière des dimensions géopolitiques | socio-économiques | écologiques | relationnelles | (…) de la société.

Structure à l’identité forte, il m’est nécessaire de procéder à des aller-retour et de me positionner à sa périphérie pour en garantir une implication objective et en lien avec les contextes dans lesquels nous évoluons. 

Je me plonge aujourd’hui dans une recherche libre qui pourrait se résumer dans la notion d' »incertitude » pour explorer les mutations contemporaines et ses complexités.  L’exploration se fera au travers du triptyque art – expérimentation et politique dans un contexte de la crise de la représentation politique, qui concerne également les domaines scientifiques, les mondes de l’art, l’environnement, l’individu, (…) 

La méthode appliquée sera celle « du terrain » pour me confronter aux paradoxes des idées, pour mettre en friction théories et pratiques, imaginaires et réalités et pour mettre en œuvres des rencontres incertaines. 

Séverine Bailly 

 

>>> C.V

 » Dans le livre des nouveaux artistes 1921, l’artiste hongrois d’avant-garde László Moholy-Nagy rassemblait différentes méthodes de connaissances pour tirer parti du potentiel de leur synthèse. Il avait un art en tête qui  unirait des domaines de créations isolés. Il visait à capter,éduquer et élargir le ressenti de l’observateur. La somme de tous les arts devait soutenir une réforme complète de la vie et réunir tous les moments de la vie en une oeuvre d’art totale universelle. »